Chargement

“Le monde a changé, il s’est déplacé” comme dirait Julien Doré. Aujourd’hui, plus besoin de dépendre d’un éditeur pour réaliser un projet ni de choisir entre le numérique et le print. On peut utiliser le digital, tout en faisant du local ! C’est ce qu’ont fait Amélie, Marion et Albane, qui grâce à une plateforme de crowdfunding en ligne ont édité elles-mêmes leur ouvrage, imprimé localement. Suivez-le guide, elles vont vous raconter ce qu’elles ont vécu…

Kisskissbankbank, Ulule, HelloAsso… Vous en avez déjà entendu parler, mais savez-vous que le crowdfunding poursuit une belle croissance en France et enregistre un record pour 2019 avec une augmentation de 56% des dons* ? Savez-vous aussi que les dons, avec ou sans récompense au donneur, constituent le secteur majoritaire du financement participatif ? En effet, 15 223 projets « dons » ont été financés en 2019, contre 4 606 projets « prêts » et 125 « investissements ». Ces plateformes ne perçoivent de commission que sur les montants collectés par les projets réussis (variables d’une enseigne à l’autre). Si un projet n’atteint pas son objectif, les fonds sont remboursés aux contributeurs et aucune commission n’est appliquée.

Chez Goubault Imprimeur, nous avons nous aussi vu le phénomène prendre de l’ampleur en quelques années et apprécions l’énergie positive qui se dégage toujours de ces aventures collaboratives. C’est alors une fierté pour notre équipe d’imprimer ces belles réalisations nées de passionné(e)s qui ont su mobiliser par la qualité de leur projet. Voici donc trois cas concrets que nous venons d’accompagner :

 

Projet : Beurré

Comme un p’tit LU, comme le beurre blanc, c’est 120 pages de gourmandise sur les spécialités de Loire-Atlantique !

Regard d’Amélie Saillet
de Saveurs DétonNantes

Chez Saveurs DétonNantes, nous avons écrit en collaboration avec Smäk, une agence de design graphique nantaise, un ouvrage intitulé “Beurré, l’épicure nantais”.

Notre objectif est de promouvoir les artisans et producteurs locaux sur le territoire Nantes – Saint-Nazaire et de fait, de valoriser le patrimoine culinaire. La création de ce livre original nous permettait d’y contribuer en présentant une large palette de produits bruts ou transformés, salés et sucrés, de cave représentatifs de notre territoire comme la fouasse, le beurre blanc, la carotte nantaise, la mâche, le gâteau nantais, etc. Les artisans, producteurs et chefs du collectif Saveurs DétonNantes ont donc eu carte blanche pour présenter leurs produits sous forme de recettes, interviews, histoires, astuces ou bons plans.

Le projet a été en ligne plus d’un mois l’année dernière sur la plateforme Ulule. L’objectif était de livrer les livres à Noël. Il nous en reste une vingtaine sur les 500 édités et nous avons donc eu l’envie de le ressortir cette année ! Nous avons opté pour le financement participatif pour ne pas avoir à avancer les fonds nécessaires à l’impression de l’ouvrage et d’assurer ainsi nos arrières. Cela nous pousse également à communiquer sur notre projet, pour nous démarquer des milliers présents sur la plateforme. Il faut réfléchir à un concept original, savoir l’expliquer pour que les consommateurs comprennent notre démarche et adhèrent à nos valeurs. Pour ce faire, Ulule met un conseiller à notre disposition. Il nous aide notamment pour la diffusion et l’animation du projet. 

“Il faut y aller à 15 000 % !”

Nous bénéficions aussi de la communauté d’internautes qui aiment consommer de cette manière et nous découvrent via la plateforme. Plutôt que de mettre notre ouvrage en pré-vente sur un site d’e-commerce et d’attendre que ça fonctionne, nous avons préféré bénéficier de la force de frappe d’Ulule. Autre avantage, les valeurs du crowdfunding sont bien perçues par le public ce qui a facilité la défense de notre projet.

Un conseil : soyez vigilant à être récurrent quant à l’énergie déployée sur la communication de votre projet. Ce n’est pas parce qu’il est sur Ulule qu’il va “monter” tout seul. Il faut le soutenir en y allant à 15 000 % ! Aujourd’hui, pour que cela marche, il est nécessaire de donner du sens aux choses et transmettre des valeurs dont les gens ont besoin. Il est aussi très utile d’avoir une communauté sur laquelle s’appuyer et de travailler en amont ses stratégies commerciale et de communication.

Au-delà du produit, il faut que les consommateurs adhèrent à ce qu’il y a derrière. Il y a tout un ensemble d’éléments tels que le réseautage, l’humain et les réseaux sociaux sur lesquels s’appuyer pour faire vivre l’histoire de l’intérieur. Par exemple, nous avons mis en place une semaine des dédicaces et dégustations sur Facebook qui mettait en valeur “un jour, un produit, un artisan” afin de permettre aux gens de venir acheter leur livre dédicacé dans la convivialité !


https://fr.ulule.com/beurre-gastronomie-locale/

 

 

Projet : Nantes illustrée

Vingt-et-une petites et grandes histoires de lieux nantais

Regard de Marion Point
Illustratrice

“Tout est parti d’un blog où je racontais l’histoire de Nantes en dessins. Je m’attachais à l’histoire de chaque lieu emblématique comme la Tour LU, la place Royale, etc. De ce blog est née une série d’affiches que je vends dans les boutiques nantaises et au fur et à mesure, on m’a demandé si je comptais en faire un livre. J’ai donc longtemps cherché des éditeurs mais il y avait plusieurs points bloquants. Mon projet ne rentrait vraiment pas dans leurs “cases”. Et voyant que ça ne prenait pas, j’ai pris la résolution de tenter l’aventure toute seule. Je ne le regrette pas !

L’édition de ce livre était un trop gros risque financier à prendre toute seule, c’est pourquoi je me suis lancée sur Ulule. Ça m’a aussi permis de mesurer l’accueil du public, je ne savais pas combien de gens pouvaient me l’acheter. Ulule recommande de doubler le nombre de personnes dans notre entourage susceptibles de lacheter pour trouver son objectif. J’avais déjà vendu un petit livre jeunesse à 200 exemplaires dans mon cercle proche il y a quelques années, je visais donc 400 exemplaires pour cette campagne, qui s’est finalement terminée à plus de 900 livres à imprimer ! Le financement participatif a donné une belle visibilité au projet.

“Fait est mieux que parfait”

Côté impression, je voulais être accompagnée. Je tiens ce blog depuis 2013, c’est une longue histoire. Je souhaitais créer un bel objet, ne pas l’imprimer sur internet en ne connaissant pas le résultat final. Je tenais aussi à le faire fabriquer en local pour être en cohérence avec mon projet. J’ai vu sur Ulule que le livre de Charline Moreau avait été imprimé chez Goubault avec des encres végétales, cette démarche m’intéressait. J’ai beaucoup apprécié leur accompagnement. Ils m’ont proposé un rendez-vous avant de faire un devis pour savoir ce que je voulais et ça a fait la différence. La même personne m’a suivi de bout en bout du projet, j’ai toujours eu les mêmes interlocuteurs, c’est très important.

La principale difficulté que j’ai rencontrée vient du financement participatif en lui-même. Il a fallu tout penser avant de se lancer, tout calculer et je me suis même compliquée la tâche toute seule en augmentant le nombre de pages du livre en cours de route au vu de son succès ! Et avec le contexte sanitaire actuel, ma fête de remise des ouvrages va subir quelques ajustements… on s’adapte. 

Je conseille à tout le monde de se lancer, d’oser. Pour ma part, ça faisait longtemps que je voulais le faire mais ne trouvant pas d’éditeur, je doutais de ma capacité à mener ce projet à bien. Je me suis dit “tant pis”, “fait est mieux que parfait” et je me suis donnée les moyens d’y arriver. ”


https://fr.ulule.com/nantes-illustree/

 

Projet : Nouvelles Apparitions 4

Nouveau Catalogue de Soasig Chamaillard édité par la Galerie Albane

Regard d’Albane Lucazeau
Galeriste 

“J’ai déjà édité des catalogues par moi-même mais cela nécessitait de les financer avant de les imprimer. Avec Goubault imprimeur, j’ai heureusement pu échelonner mes règlements, toutefois un financement de départ, souvent conséquent, reste nécessaire. Je tiens beaucoup à ces catalogues car ils me permettent de travailler. C’est Stéphane Piriou de l’imprimerie qui m’a soufflé cette idée de financement participatif pour mon projet avec Soasig Chamaillard. Je me suis intéressée au sujet et j’ai trouvé que c’était une excellente idée. On s’est donc lancés dans l’aventure. C’est beaucoup de travail en amont, il faut absolument le préparer, mais cela mobilise les gens autour du projet. Si tout le monde s’y retrouve au bout du compte c’est une excellente formule ! 

Ces catalogues me permettent de présenter l’étendue de son travail depuis le début de notre collaboration en 2006. Elle a du succès et je n’ai jamais beaucoup d’oeuvres en galerie car elles se vendent vite. Le support papier me permet donc de montrer plus de réalisations, faire découvrir son univers, expliquer la démarche globale de l’artiste et mettre en lumière son talent, son sérieux et son intelligence pour faire comprendre la signification de son travail.

“Le nerf de la guerre c’est la communication !”

Le financement participatif sur Ulule a boosté les choses et m’a permis d’en vendre plus que les précédentes éditions vendues en galerie uniquement. J’ai pu toucher beaucoup plus de gens, j’en ai même envoyé aux États-Unis ! Il y a un gros travail en amont à effectuer pour que tout se mette en place correctement. Pour que ça marche, il faut bien estimer ses besoins, réfléchir aux montants que l’on fixe et aux contreparties que l’on va offrir. Le nerf de la guerre c’est la communication ! Elle doit tomber au bon moment tout en étant régulière. Le début de cette campagne a été très rapide puis, au milieu, il ne s’est pas passé grand chose et tout s’est accéléré à la fin.

C’était très important aussi de travailler avec un imprimeur local. J’ai pu choisir le papier, le toucher, avoir des conseils et un interlocuteur dédié. Je suis ravie de ma collaboration avec Goubault depuis longtemps, j’ai toujours une réponse rapide à mes questions. On a beau vous donner un grammage par mail, ce n’est jamais pareil que de le sentir en vrai !

L’édition en financement participatif, Galerie albane
https://fr.ulule.com/nouvelles-apparitions-4/

 

Le conseil de Dominique Goubault : ma première expérience de co- financement date de 2014. J’ai fait alors une très belle rencontre avec Géraldine Fur, une photographe à Nantes, ayant pour projet un ouvrage intitulé “portrait de familles heureuses” accueillant en adoption des enfants étrangers. J’y ai ressenti un immense bonheur et une volonté de partage absolu. 

Ce livre co-financé sur KissKissBankBank a été l’aboutissement d’une belle rencontre, le talent de Géraldine, récompensé par un magnifique livre d’art, symbole également de notre engagement à contribuer à de belles œuvres. Osez vous lancer dans la réalisation de vos rêves, nous vous ferons un plaisir de vous accompagner dans ce projet !”

L’ÉDITION EN FINANCEMENT PARTICIPATIF, Instantanés

*selon le baromètre annuel du crowdfunding en France, édité par l’association professionnelle Financement Participatif France (FPF) avec l’aide de Mazars. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En haut